Françoise Ntede : « la Lékié est la mamelle nourricière du Cameroun »

Membre de l’Afmaba/Coop-CA (société coopérative avec conseil d’administration des acteurs de la filière maïs de Batchenga), Françoise vante la terre où elle vit avec sa famille. Elle livre ses impressions à chaud au sujet de la journée mondiale de l’alimentation, le 16 octobre 2019.

Qu’est ce qui explique votre présence au Palais des Sports de Yaoundé ce jour?

Nous sommes venues du département de la Lékié, région du Centre-Cameroun, pour célébrer la journée mondiale de l’alimentation. Ici, les organisateurs nous ont dit que c’est couplée à la journée mondiale de la sécurité alimentaire dans notre pays.

L’on dit que la localité de la Lékié est la terre de l’igname. Le confirmez-vous ?

Vous pouvez vous-même le constater. La grosseur et la fraicheur des ignames exposées en disent long. Cela fait saliver même sans l’avoir cuisinée. Elles sont produites au village Batchenga. Là, son sol est meuble, son climat et son relief sont propice pour la spéculation. Le maïs et autres cultures poussent très bien chez nous. Le cacao, n’en parlons plus. Bref, la Lékié est la mamelle nourricière du Cameroun.

Quels sont selon vous enjeux de cette célébration ?

On nous a expliqué aujourd’hui qu’il y a le nombre de décès augmente dans le monde à cause de la mauvaise alimentation. Cela nous interpelle à plus d’un titre. Il est question de mieux cultiver, donc à bien bien manger pour éviter la malnutrition. Aussi, de devenir des entrepreneurs agricoles au sein de nos organisations paysannes.

Comment peut-on mesurer votre niveau de satisfaction après une telle cérémonie ?

Nos impressions sont bonnes. Nous avons beaucoup appris. Sauf que lorsqu’on nous appelle pour des événements du genre, il est souhaitable que nos produits soient vendus. Nous n’avons rien vendu. Nous risquons retourner avec ces produits à la case de départ. C’est décourageant.

Comptez-vous revenir pour les mêmes occasions ?

C’est toujours des moments de partages, d’échanges d’expériences et de rencontres. Nous serons contentes si l’on nous invite pour la prochaine édition.

Entretien réalisé par Rachida Djap

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*