Sommet de l’ONU pour le climat : la voix de l’Afrique

Les dirigeants africains se joignent à ceux du reste de la planète le lundi, 23 septembre 2019. Ils sont au siège de l’organisation des Nations Unies (ONU) à New York aux Etats-Unis. En participant au conclave de l’Onu consacré au climat, ils ne se contentent pas au rôle de figurants.

Les enfants de l’Afrique lancent l’alerte. Ils se succèdent au pupitre. Ils n’ont pas froid aux yeux. Ils dégainent. Présentant chacun, une face de sa menace. Les autres écoutent. Selon les leaders africains, l’impact du réchauffement climatique n’est plus à démontrer : les inondations, la sécheresse et les perturbations de saisons l’illustrent à suffisance.

Dans leurs plaidoyers, les émissions de gaz à effet de serre doivent être en dessous de 42%. A l’occasion du sommet, ils insistent sur la contrepartie de ce qu’ils subissent au cours des activités des grands pollueurs.

La pression se resserre sur les grands pollueurs. Les dirigeants africains plaident pour des actions accélérées dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris (2015). Y faisant suite, ils exigent d’importants financements pour faire face à la menace.

PI

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*