Bagnou : en pleines mutations


Il s’agit de l’un des 5 villages de l’arrondissement de Bazou, situé à 36 km de Bangangté, chef-lieu du département du Ndé. Ce groupement attractif, longtemps peu connu, se démarque par ses atouts naturels, humains et infrastructurels.

Une prairie perdue ? Un oasis isolé ? Le village Bagnou (75 km², environ 1000 habitants) est taillé à sa mesure. La nature lui a donné l’essentiel: l’eau qui coule des rochers. Les rivières le traversent de parts et d’autres, serpentant des collines verdoyantes.

Les hommes

Ne vivent ici que des « bosseurs ». L’agriculture occupe près de 95% de la population active. L’on laboure les champs de la main et sans engrais chimiques. Au bout, les cultivateurs obtiennent de meilleurs rendements. Les plantations de bananiers-plantains affichent fière allure. La culture du cacao abandonnée pendant la guerre du maquis (avant 1959), signe son retour. Les étangs piscicoles produisent du poisson en quantité et en qualité. L’élevage de porcs se pratique dans le respect des règles de l’art. L’autriche géante, le dindon, les canards hollandais, les oies et les poules villageoises peuplent la basse-cour.

Grâce à la lumière, fruit des rayons de soleil, la bourgade brillera sous le feu des projecteurs. La centrale solaire récemment construite, alimentera plus de 200 ménages. La réalisation de l’ouvrage sous la houlette, du ministère de l‘Eau et de l’Energie, est issue du « projet d’électrification de 166 localités par système solaire photovoltaïque au Cameroun ».

Ici, si le dimanche, des délégations partent, laissant derrière elles, les gardiens du temple,les vendredis et les samedis sont dédiés aux obsèques. Seule condition : la dernière veillée mortuaire se déroule au village. D’après le Roi des Bagnou, S.M. Sayo Pokam Duclos, c’est une astuce incitant les natifs à construire chez eux.

Malaika

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*